LA SOCIETE MALAGASY ACTUELLE FACE AU PHENOMENE DU SIDA (Vu sous l’angle sociologique)

La société Malagasy actuelle, sur les Hauts plateaux, est une société semi traditionnelle et semi moderne.

Dans la société traditionnelle Malagasy (Hauts plateaux), tout ce qui touche au sexe est un sujet « tabou ». D’où la relative facilité de l’application sociale du « tabou de l’inceste » y compris la relative extension du tabou, aux « havana ». Ce qui aide les parents à différer temps l’instinct ou le désir sexuel de leurs fils (car socialement, les filles ne cherchent pas les garçons) éveillés à la présence des filles qui, d’habitude, n’habitent pas loin. Donc quelques parts, elles sont « havana », par effet de psychologie et de morale sociale.

La prohibition de l’inceste pousse à l’instauration des rapports entre clans. C’est le phénomène de l’exogamie.

Le moment venu, après exploration minutieuse des « Rafi-pihavanana » et autres identifications préalables, le garçon et sa famille engagent le lent processus du mariage ; le dika tokonana, le ala-fady, le mifampizaha toetra, et en fin le mariage qui sera scellé par le vodiondry si tout allait bien. En fait, ce sont les deux clans qui sont liés par le mariage du nouveau couple.

On oublie tout au moment de la fête!
On oublie tout au moment de la fête!

Dans la société Malagasy actuelle (Tributaire de la modernité).

Sur le plan économique, Madagascar est passé du secteur primaire au secteur tertiaire, sans être passé par le secteur secondaire. Cette étape brulée n’est pas sans conséquence sur la réalité socio-économique du pays, les vents de la modernité et de la mondialisation.

– La traditionnalité et la modernité se côtoient, la plupart du temps au détriment de la première.

Sur le plan socio-économique, modernité et mondialisation créent de nouvelles formes de travail, faisant appel à l’individu, sans lien obligatoire avec la famille et la société. Seules les capacités personnelles comptent.

La famille Malgache perd de plus en plus ses fonctions et revêt le caractère nucléaire. Elle est là pour alimenter les besoins affectifs des conjoints.

Le mariage devient un lieu de la passion amoureuse car, du système parental, on aboutie au système conjugal.

Des comportements sexuels véhiculés par la modernité :

Il y avait eu l’ébullition-tsunami des jeunes, en mai 1972, qui ont demendé la parole (discours) jadis détenu par les seuls « Raiamandreny ». La revendication a fini par atteindre la libération des comportements sexuels.

La mixité à l’école et sur les terrains de loisirs : les relations sexuées ont facilités l’aboutissement aux relations sexuels.

La diffusion progressive des méthodes de contraception plus sûr dont les préservatifs et qui ont facilité la tendance…la sexualité sans procréation, effacement des peurs liés à la maternité.

Les jeux et les danses initiatiques qui miment l’acte sexuel.

L’internet et tous ceux qui l’entoure.

C’est à nous donc de voir comment il faut faire. C’est à nous de chercher des moyens pour faciliter notre tâche de responsable-éducateur au sein de la société, de trouver quelques éléments de réponses face au conduite à tenir afin de préserver, autant que possible, nos jeunes pandémie du SIDA.