ATTIRANCE – UN MOT QUI NOUS EST ORDINAIRE

ATTIRANCE – UN MOT QUI NOUS EST ORDINAIRE
Par définition, c’est la relation qu’on entretient à une chose, une idée, un être ou un groupe. Il n’y a alors que cette attirance qui nous importe, et tout ce qui ne la concerne pas parait sans importance. Si nous nous coupons de notre environnement, celui-ci nous parait très vite « dépourvu d’attrait ». Cette attitude peut aller jusqu’à la haine quand elle est négative ou jusqu’à l’amour quand elle est positive. Une attirance peut générer des sentiments contradictoires. Une attirance peut capter le regard et la concentration.
Dans nos rapports avec les autres, ne compte pas seulement l’attirance que nous ressentons pour eux mais aussi le répondant qu’ils nous offrent. Des attirances réciproques et transversales se mettent en place dans un groupe et constituent globalement le climat psychologique de la communauté. Ces attirances se développent souvent de façon parallèle à l’attirance commune que les membres du groupe ont pour une chose ou pour leur chef. Une attirance bi ou multilatérale semble exhaler une force qui est plus ou, en tout cas, autre chose que la somme de ses composants.

A quoi pense exactement une jeune fille attirée par un jeune garçon ou même par une chose « étrange » qui se passe devant ou autour d’elle? Est-ce ordinaire de voir une fille observer avec autant d’attention, le sourire au visage, quelque choses qui attire son regard ?

Il est important au cours du développement de l’enfant qu’il puisse ressentir une attirance pour une personne proche, un personnage de référence. L’enseignement du père ou de la mère n’est pas reçu par ce qu’il apparaîtrait comme vrai, mais par ce qu’il provient de personnes dont l’enfant attend amour et sécurité et dont il craint la perte amoureuse et la punition. L’adaptation de l’enfant à l’ordre et surtout à la personne de référence se fait par amour. Plus l’amour est profond et plus le rapport à cet être sera unilatéral, plus l’influence sera forte.
Le fait que l’enseignement repose sur une attirance très investie sentimentalement est en partie mésestimé dans l’éducation moderne. Aujourd’hui, l’écolier se trouve confrontés à plusieurs enseignants dans diverses disciplines et il ne peut concentrer sur aucun d’eux les sentiments qu’éprouvait l’écolier d’autrefois pour le maître qui n’avait qu’une classe et enseignait toutes les matières.
Mais la possibilité de vivre des attirances personnelles disparaît dans nos sociétés modernes. Personne ne connaît pus son voisin, au travail le rapport entre collègues est conditionné par le « management ».
Dans les films ou à la télévision, ce ne sont pas des êtres que nous voyons mais seulement leurs ombres. La raréfaction des personnages de référence est une des causes profondes de la forme actuelle de distanciation.
Pour mieux nous orienter, nous comparons nos expériences, nous les classons en catégories et nous créons ainsi un système de référence. Nous pouvons varier de système de référence ; ainsi un homme considérera une femme comme épouse puis de nouveau comme compagne de lit, comme camarade de travail ou quoi que ce soit d’autre. Dans beaucoup d’attirances que nous ressentons pour les autres voisinent ou alternent plusieurs systèmes de référence, ainsi dans le couple où chacun des deux partenaires assumera plusieurs rôles. Il est impossible d’estimer quoi que ce soit à l’aide d’un système de référence sans faire de comparaisons.
L’être humain a tendance à se le pôle de toute attirance, comme s’il était le centre du monde. Dans notre commerce avec les autres nous distinguons à de petits signes l’attirance qu’ils éprouvent pour nous, leur estime ou leur mépris, d’ailleurs souvent avec raison. Mais cette pratique de l’observation des réactions peut conduire à la mégalomanie, une maladie mentale qui donne l’illusion d’être continuellement observé, pillé, suivi. La mégalomanie est typique de la paranoïa et de la schizophrénie.
PSYCHOLOGIE PRATIQUE
VIE QUOTIDIENNE, SOCIETE,…

Jeunes filles malgache
Qu'il a t-il de baeu à voir qu'une jeune fille qui vous regarde avec affection ?

Une réflexion sur “ATTIRANCE – UN MOT QUI NOUS EST ORDINAIRE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s