LA PERCEPTION SOCIALE , LA SOCIETE (vu sous l’angle philosophique)

LA PERCEPTION SOCIALE
LA SOCIETE (vu sous l’angle philosophique)
Contrairement à l’Etat, il est impossible de concevoir un commencement de la société par ce que l’homme est nécessairement un être social et que, avant l’Etat il y a eu des sociétés non étatiques. Dans tous les cas, la société est un groupe d’individus qui travaillent et qui échangent en obéissant à des règles, singulièrement à la prohibition de l’inceste qui marque bien la règle fondamentale de toute société humaine comme origine de l’échange.
L’étude des sociétés non étatiques montre une lutte contre la violence et aussi leur impuissance à arrêter la violence, c’est-à-dire à conjurer la vengeance.
Les difficultés et contradictoires de telles sociétés, le menace de disparaître dans une violence générale ont crée un besoin. Et chaque fois qu’il y a besoin, l’homme s’efforce d’inventer un instrument : l’Etat est né de cette contradiction, de cette difficulté des premières sociétés à arrêter la violence.

Une question se pose donc comme suit : est ce que l’Etat, surtout l’Etat Malgache, exerce vraiment le pouvoir car, la violence commence à prendre des racines ?
Dans la société Malgache actuelle, on constate une apparition massive de la violence physique, morale, intellectuelle et voir même sentimentale. Le banditisme pousse partout, de la ville en brousse, comme de l’herbe. Il y a des morts, tués par les brigands (Dahalo) par ici et des victimes de viol et de harcèlement sexuel par là.
Est-ce que notre Etat se penche petit à petit vers le libéralisme ?
Or, un Etat qui ne serait que libéral, ne serait que le reflet d’une société libérale. Et dans le laisser faire, il y a toujours le triomphe de la liberté naturelle, ce qui implique le retour à une société sauvage. Donc, la barbarie s’installe.
L’éducation de citoyens semble alors nécessaire et se présente comme solution. « Mais pour éduquer les citoyens, il nous faut des éducateurs de bonnes lois, c’est-à-dire des lois qui soient pour tous. » (Machiavel)

Que faut il faire alors ?
Passer tout de suite à l’action. Mais avant d’y passer, il ne faut pas oublier que d’une société à une autre il y a des différences individuelles et psychologiques : âge, genre sexuel, personnalité, états physiques, etc. Cela se manifeste surtout sur le domaine de la perception. Chaque personne vivant dans une société a sa propre façon de percevoir ce qu’il entend, ce qui se passe sous ses yeux, ce qu’il sente, …
AGE :
Les capacités perspectives changent et mûrissent dans le cours du développement individuel. En général, les capacités perspectives, au fur et à mesure qu’on grandit, semblent progressivement s’affiner et produire une représentation plus fidèle du monde et des évènements. Ensuite, elles se détériorent avec l’âge.
GENRE SEXUEL :
En général, il semble qu’il n’y a pas une différence de perception liée au genre sexuel. De toute façon existent des nuances dans la perception masculine et féminine.
– Les hommes semblent avoir une majeure acuité de perception pendant le jour pendant que les femmes perçoivent mieux dans les heures nocturnes.
– Les hommes semblent être plus capable d’effectuer des opérations plus complexes dans la perception pendant que les femmes sont plus capables de fixer les détails de leurs perceptions.
PERSONNALITE :
Les individus avec des personnalités différents tendent à se comporter d’une façon différente en diverses situations sociales et peuvent répondre d’une façon différente à des divers types d’informations.
ETAT PHYSIOLOGIQUE :
Il y a beaucoup de types d’altérations physiques qui peuvent influencer la perception. Les altérations de la santé, les états chroniques de maladie, les troubles de la santé ou les situations pathologiques peuvent influencer la perception. Il y a, en outre, des substances, comme les drogues et l’alcool, qui peuvent altérer d’une manière occasionnelle ou permanente la perception du monde environnant.
Ceci étant, il est donc impossible d’éduquer les citoyens ?
Comment assurer la sécurité, l’égalité de droit et de la liberté avec des individus qui ont chacun sa façon de percevoir le monde et qui ne pensent qu’à eux ?
Nous venons de dire tout à l’heure que la solution n’est autre que d’éduquer les citoyens, conscients, libres et responsables. Cela nous amène à dire qu’il faut toujours conquérir la « démocratie ». Les intellects disent que dans une société qui travaille et qui échange, ce n’est pas la vérité qui intéresse les gens ou le vraiment utile, comme le bien commun, la sécurité, le bonheur partagé, mais l’utilité. Or ce qui est utilité pour les gens, actuellement, c’est ce qui satisfait leur besoin et leur désir. Ils n’ont pas peur de travailler dur pour cela. Ils sont capable de faire n’importe quoi n’importe quand, rien que pour satisfaire leur besoin et leur désir. Donc, il faut chercher comment s’occuper de ce besoin et de ce désir tout d’abord. Et vienne ensuite la conscientisation et la responsabilisation à l’aide d’une éducation. Après, c’est l’éducation qui va aider les citoyens à avoir une nouvelle perception, une nouvelle mentalité et aussi une nouvelle cadre de référence. Tout cela, avec des connaissances acquises, va amener à concevoir un plan d’action. Et il y aura, par conséquent, un changement de comportement et un changement de vie.

Etudiants
Le groupe des étudiants

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s