LA CURIOSITE

Avez-vous la curiosité de découvrir la nature ?
En fait, la curiosité c’est le désir des nouvelles expériences particulièrement sensibles comme le contraire de la persévérance dans les habitudes et les traditions. La première curiosité de l’être humain se porte sur ses caractéristiques sexuelles et celles du sexe opposé. Ce désir exploratrice provient, en fin de compte, des pulsions partielles du voyeurisme et de l’exhibitionnisme qui s’éveillent avec la curiosité sexuelle de l’enfant.
Dans le livre des contes, le sphinx demandait à Œdipe : « Quel est l’animal qui marche à quatre pattes le matin, à deux pattes à midi et à trois pattes le soir ? » La réponse était : « l’homme, qui marche à quatre pattes enfant, se tient en position débout adulte et s’appuie sur une canne lorsqu’il est vieux. » Cette énigme recouvre la question : « d’où vient l’homme ? »
Nous ne pouvons appréhender le monde autour de nous qu’en comptant sur nous-mêmes. Dans toutes les choses que nous cherchons à comprendre nous cherchons d’abord à comprendre notre rapport à elles. C’est pour cette raison que la curiosité est toujours une attitude qui n’existe pas sans son contraire, et incite à la confiance. Mais ce que la curiosité nous permet de découvrir doit un jour aussi nous inspirer confiance. La chasse à la nouveauté pour la nouveauté serait une passion incomplète.
C’est pour cela que notre question se pose comme suit : avez-vous la curiosité de découvrir autres choses qui n’ont pas de rapport direct à vous ?
Je vous présente le « Voatandroka » (Voa vient du mot Voangory qui veut dire … et Tandroka veut dire corne.) Il vient d’Ikongo, coté Sud-est de la région Haute Matsiatra (Fianarantsoa – Madagascar). Et nous-mêmes qui vient de là-bas ne l’avons vu que pour la première fois. En passant dans la rue, au plein milieu de la brousse, nous avons vu des enfants qui jouaient avec. Ils l’en servent comme des joués. Ils les font battre l’un contre l’autre, comme le combat de coq en ville.
En fait, le « Voatandroka » se loge sous les bambous. Ils vivent en famille et même en groupe comme nous les êtres humains. Les mal ont des cornes tandis que les femelles n’en ont pas. De la même famille ou du même groupe, ils ne se battent pas. Comme s’ils se connaissent entre eux. Il fallait donc se déplacer et chercher une autre famille pour qu’ils se battent. Ils se battent comme des bœufs et des rhinocéros. Nous avons ramené une à Fianarantsoa rien que pour le montrer aux gens. Et nous l’avons surnommé « Rhino ». Il était avec nous pendant cinq jours, vivant et mangent des herbes. Nous l’avons porté avec nous à Antsirabe pour la même raison qu’auparavant. Et deux jours après, il est mort. Et maintenant il nous sert de décoration. En le voyant posé sur la table, chaque visiteur qui entre chez nous est surpris et demande ce que cela doit être.
En bref, il ne faut jamais fermer les yeux. Il faut toujours l’ouvrir pour voir tous ceux qui nous entourent. Ils sont tous merveilleux et étonnant car Dieu les a crée. Même quand vous voyagez, essayer de ne pas s’endormir car vous avez payé, non seulement pour aller d’un endroit à un autre, mais aussi pour contempler tous ce qui est tout au long du parcours.

Le voatandroka fait partie des insectes rares.
on peut le tenir dans la main !

Une réflexion sur “LA CURIOSITE

  1. HDTV and plasmadisplays are hardly recognizable from the CRTs of the pioneering era.
    And this is what has just happened over at Snapchat.
    Mainly, the youngsters are more addictive to downloading of more & more games than other age groups.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s