Les iles éparses

La question sur les Iles éparses revient sur la table. La gestion des iles Eparses doit revenir à Madagascar. Une co-gérance est complètement à écarter. Nous en avons les pleins droits sur ces iles, selon le Professeur Harimanana Raharinosy, enseignant chercheur et juriste qui a tenu une conférence sur les iles éparses, au ministère des affaires étrangères ce jour. Les détails avec Hilda Hasinjo.

Les iles éparses, Juan de Nova, Bassas da India, Les Iles Glorieuses, Europa et Tromelin,  sont actuellement sous la tutelle légale du département Français parmi les Terres antarctiques australes françaises ou TAAF. Ce statut particulier leur est attribué depuis 2005 et a été officialisé en 2007. Un fait que le professeur Harimanana Raharinosy qualifie comme une trahison, la deuxième d’ailleurs, que la France a perpétré à l’endroit de notre pays.

Il explique en effet que le fait que la France ait été le premier pays à avaliser le régime transitoire est une trahison. La déclaration de Bamako condamnant les changement anticonstitutionnelle de gouvernement. L’autre trahison, remonte à plus longtemps, selon cet intellect, quand Madagascar commence à se pencher sur son développement et délaissant un peu les histoires de Iles Eparses et que les Français ont en profité pour les détourner.

 Malgré tout, les Iles Eparses appartiennent à Madagascar, si l’on se réfère aux recommandations des Nation Unies de 1978. Une recommandation qui écarte, naturellement, la possibilité de co-gérance, déjà évoquée par le Président de la République en personne.

Selon le professeur  Harimanana Raharinosy, c’est la Commission de l’Océan indien qui a proposé cette co-gestion entre la France, L’Ile Maurice et Madagascar. Mais sur le plan International, ce sont les principes des Nations Unies  qui doivent le remporter sur ceux des COI. Les Nations unies reconnaissent d’ailleurs ces iles, non en tant qu’Iles Eparses, mais en tant qu’Iles de Madagascar.

La Conférence qui a réuni une parterre d’intellects d’aujourd’hui a mis en exergue qu’il est grand temps pour Madagascar de réclamer le plein droits sur ces Iles, longtemps sources de discordes, surtout après l’instauration de ce nouveau régime.  

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s